Découvrez le nouvel LP de Parov Stelar: « The Princess »

Parlons peu, parlons bien et parlons de bonnes choses, bref parlons de Parov Stelar, un autrichien talentueux et de son dernier album « The Princess », dans les bacs depuis le 20 avril 2012 et paru sous le label Etage noir recordings dont il est le directeur.

Après avoir été graphiste pour des affiches de concert de techno/minimal, il s’entiche pour la production et commence à composer et… avec application : depuis 2004 il signe 14 albums et 23 EPs sous le nom de Parov Stelar, sans compter ceux produits sous le nom de Plasma. Malgré les nombreux nouveaux arrivants que l’on peut découvrir ces derniers temps, Parov Stelar et les artistes qui l’accompagnent comme Lilja Bloom, Max the Sax, ou encore Pat Poree son Dj de tournée maintiennent la barre très haut en produisant des sons de qualité avec une ambiance tantôt jazzy tantôt club-house, se maintenant dans le top de l’atmosphère Lounge.

L’album « The Princess » est quant à lui d’une élégance distinguée, tout d’abord par sa musique mais aussi par sa pochette, et ce malgré l’absence de livret intérieur qui, selon moi, représente un lien convivial entre l’artiste et l’auditeur. Malgré cela, c’est avec enthousiasme que j’aborde l’écoute des deux CDs qui composent cet album : le premier constituant la partie récente de sa production, le second étant pour la plupart des titres provenant des albums vinyles sortis ces deux dernières années («The Paris Swing Box », «The Phantom»…).
Parov a sur cet album réduit les tracks très orienté House et ceci pour le plus grand plaisir de mes oreilles car les morceaux sont bien plus musicaux avec un piano presque omniprésent, des cuivres de qualités et de subtiles samples de voix, sur lesquelles vous vous sentez planer. Entre morceaux calmes et émouvants («Milla’s dream », «Requiem for Annie »…) rythmés et entraînants comme «All Night » ou encore ceux combinant ces diverses facettes «Dust in the Summer Rain » le premier CD se révèle d’une puissante douceur.

Sur le second CD, on ressent beaucoup plus les basses d’électro-house dans lequel il excelle tout en restant en permanence dans une dose juste, qui permet d’apprécier la mélodie. On retrouvera notamment le Parov Stelar « clubbeur » sur la piste «The Snake » ou le remix « Wanna Fete » de «Wanna Get », ce dernier titre étant déjà présent sur quelques uns de ses EPs et LPs.

Finalement cet album est un vrai succès de la part de Parov Stelar et c’est avec une pointe de tristesse que je finis l’album car… j’en veux encore malgré les deux heures d’écoute que nous offre ce LP (Long play). Outre cela, si un conseil doit être donné, je ne peux que donner celui de s’intéresser aussi aux précédentes productions de cet artiste comme «Coco» ou encore «That Swing».
Sur ce, « enjoy your listening »!

Commenter cet article :

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>